Wikidée, le site et la communauté francophones qui vous aident à trouver la réponse à votre question.
  • Inscription

Wikidée, là où se trouvent les réponses à vos questions, peut-être la solution à votre problème!


Le Web 2.0 au service des individus et de la communauté par l'entraide, le partage des expertise et expérience personnelles, la réflexion critique et qualitative vis à vis de l'information ainsi que la transmission des savoirs et de la connaissance réunis !


Vous pouvez poser des questions sur tous les sujets qui vous passionnent, qu'ils soient d'ordre pratique et quotidien, ou philosophique et intemporel.


Suivez-nous !

 





Aimez-vous le principe de Wikidée ?

Oui :
Non :


Autres sondages... Suite

Annuaire Actualité et médias

Web made in Québec

Annuaire Québec

Le répertoire des sites les plus HOT au Québec

Annuaire Québec

Annuaire Virtuel

Support Wikipedia

Hébergement Web du Québec

Webanaki.ca

Webanaki.ca- agence de communication web

Comment risque d'évoluer le secteur du Web sur le plan des emplois ?

5 aime 0 n'aime pas

posée 26 octobre 2011 dans la catégorie Économie, finances par anonyme
    

Merci de vous connecter (ou de vous inscrire) pour pouvoir répondre aux questions.

2 Réponses

0 aime 0 n'aime pas

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/cv/201110/25/01-4460946-penurie-de-main-doeuvre-en-vue-en-tic.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_cv_1476666_accueil_POS1

 

 

 
Emilie Laperrière, collaboration spéciale
LA PRESSE
"Avec le développement effréné du web et des applications mobiles, les technologies de l'information et des communications (TIC) sont en pleine effervescence. Pour soutenir sa croissance, ce secteur de pointe aura toutefois besoin de spécialistes. La Presse dresse le portrait de ces emplois du XXIe siècle.
 
«Le secteur des TIC bouillonne!» résume Nicole Martel, présidente de l'Association québécoise de la technologie (AQT). Leur étude Baromètre de compétitivité publiée le mois dernier démontre d'ailleurs que 67% des entreprises en TIC interrogées ont connu une croissance lors de leur dernier exercice financier. 86% d'entre elles prévoient aussi que leur chiffre d'affaires en 2011 sera supérieur à celui de l'an dernier.
 
Manque de bras
 
Selon TECHNOCompétences, le comité sectoriel de main-d'oeuvre en technologies de l'information et des communications, plus de 7 500 postes par année devront être pourvus dans l'industrie d'ici 2014. La demande se fait surtout sentir pour les analystes d'affaires et les consultants en informatique (25% des postes à combler), les programmeurs en média interactif, les agents de soutien aux utilisateurs et les ingénieurs informatiques.
 
«On parle souvent de la pénurie de personnel dans le secteur du jeu, mais de nombreux postes sont aussi à combler dans plusieurs secteurs, comme celui des compagnies d'assurance, note Sylvie Gagnon, directrice de TECHNOCompétences. Celles-ci informatisent de plus en plus leurs systèmes et elles ont entre autres besoin de programmeurs et de développeurs web pour le faire.»
 
Technologies du futur
 
«La mobilité est en plein essor. Les applications pour téléphones intelligents se multiplient très rapidement», assure Sylvie Gagnon. Tout comme le jeu vidéo il y a quelques années, la mobilité devrait se développer de manière grandissante au Québec.
 
Le contenu numérique interactif est également en croissance. Les ingénieurs en logiciel, les développeurs mobiles et les techniciens en programmation sont particulièrement en demande dans ces sous-secteurs.
 
Autant de nouvelles avenues à explorer pour les mordus de technologie.
 
>Le nombre de professionnels en TIC s'élève à 184 400;
 
>45% d'entre eux travaillent dans des entreprises du secteur (logiciels, services-conseils, fabrication, télécommunications, etc.);
 
>55% exercent plutôt leur métier dans les autres secteurs de l'économie;
 
>L'industrie regroupe
 
7782 établissements, dont 85% sont situés dans les régions de Montréal et de Québec;
 
>68% des entreprises en TIC oeuvrent dans le sous-secteur des services TI;
 
>L'industrie est essentiellement constituée de PME:
 
87%des entreprises comptent 19 employés et moins;
 
>Les TIC de la province ont engrangé des revenus de
 
35 G$ en 2009.
 
Source: TECHNOCompétences, Diagnostic sectoriel de la main-d'oeuvre du secteur des technologies de l'information et des communications 2011."
répondue 26 octobre 2011 par Manitu Génie universel (49,080 points)
0 aime 0 n'aime pas

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/cv/201112/14/01-4477747-marche-de-lemploi-la-course-aux-reseaux-sociaux.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_cv_1476666_accueil_POS1

 

Iris Gagnon-Paradis, collaboration spéciale
LA PRESSE
(Montréal) Environ 800 millions d'utilisateurs sur Facebook, 100 millions sur Twitter, 135 millions sur LinkedIn, plus de 25 millions pour Google+... Les réseaux sociaux modifient en profondeur notre façon de communiquer avec les autres et le monde du travail et de l'emploi n'y échappe pas.
 
D'abord réservés à l'usage individuel, les réseaux sociaux séduisent de plus en plus les entreprises: selon un sondage récent mené par le cabinet hongkongais Grant Thornton Jingdu Tianhua, 43% des entreprises au monde ont une présence sur les médias sociaux (40% pour celles des pays du G7, dont le Canada).
 
«Il y a eu une inversion, observe Martin Lessard, conseiller et spécialiste en stratégie web et médias sociaux. Avant, c'était les employés qui m'appelaient pour me demander de convaincre leur patron que c'était important. Depuis environ deux ans, ce sont les patrons qui veulent que je convainque leurs employés d'embarquer!»
 
Facebook, Twitter et les autres
 
Qu'on soit une entreprise ou un individu, la question se pose: sur quel réseau social jeter son dévolu? Cela dépend des objectifs recherchés, croit M. Lessard. «LinkedIn est à part. Son usage est codifié par le marché de l'emploi pour mettre un CV en ligne pour les employeurs. Quant à Facebook et Twitter, ce sont, au contraire, des outils complètement ouverts où tous les usages sont possibles.»
 
En général, note-t-il, la tendance est aux partages personnels sur Facebook et professionnels sur Twitter, même si des utilisateurs font le contraire. Alors que Twitter vient tout juste de lancer une nouvelle version de son site qui permet aux entreprises de mieux personnaliser leur compte, cela tend à confirmer la tendance plus corporative du réseau où il faut s'exprimer en moins de 140 caractères, croit M. Lessard.
 
Et Google+? Lancé en 2011, le réseau est, selon le stratège web, «le meilleur des deux mondes», avec sa possibilité de regrouper ses relations en cercle. «Je le trouve plus simple et clair; il y a les avantages de Twitter sans ses inconvénients et une mise en page à la Facebook, mais plus épurée. Son seul défaut, c'est qu'il est moins utilisé. Je crois qu'il risque de devenir plus populaire auprès des entreprises que des individus», note-t-il.
 
Nouvelle application: BeKnown
 
Depuis six mois, Monster a lancé BeKnown, une application de réseautage professionnel accessible par Facebook. On peut mettre son CV en ligne et être en relation avec des gens qui ne sont pas nécessairement des amis Facebook. Les entreprises peuvent aussi se donner de la visibilité en créant leur page et en publiant des offres d'emploi. À ce jour, l'application, accessible en 19 langues, a été utilisée par 350 000 personnes sur la planète.
 
«C'est primordial de garder la vie personnelle et professionnelle séparée sur les réseaux sociaux, croit Robert Waghorn de Monster. Il faut être prudent avec ses photos, à ce qui est dit en ligne... Selon un sondage qu'on a effectué, les employés recherchent cette séparation; ils sont conscients qu'il faut faire attention à leur marque personnalisée.»
 
Recruter façon 2.0
 
Nul doute, l'idée de pouvoir recruter rapidement et de façon plus ciblée fait saliver les employeurs. «Le recrutement est le grand défi de la décennie pour les RH, qui ont des besoins fous. Le Graal qu'ils veulent trouver, c'est comment faire pour rejoindre par les réseaux sociaux des vedettes dans un marché», constate M. Lessard.
 
Des nouvelles plateformes, comme matchFWD (disponible pour LinkedIn), misent exclusivement sur le recrutement social. Développé à Montréal, matchFWD permet de recommander offres d'emploi et candidats - une forme de bouche à oreille virtuelle, finalement.
 
Alors, qui gagnera la course? «D'ici 2015, il y aura certainement un ou deux acteurs dominants. Présentement, on tente de développer des outils pour détecter des signaux faibles dans les tweets ou sur Facebook de gens qui sont prêts à quitter leur emploi, par exemple. C'est du recrutement avancé. Celui qui gagnera sera celui qui réussira à le faire», conclut le conseiller.
répondue 16 décembre 2011 par anonyme
Wikidée est une initiative de Denis-F. Doyon.
...